Le blog
Le blog

Le blog

Licenciement & rupture du contrat de travail

Licenciement & rupture du contrat de travail

Licenciement & rupture du contrat de travail

Le licenciement verbal annoncé avant l’entretien est sans cause réelle et sérieuse

Posté par Virginie Langlet le 20/11/2019

Le licenciement verbal annoncé en réunion des représentants du personnel par l’employeur avant la tenue de l'entretien préalable, est privé de cause réelle et sérieuse (Cass. Soc. 23.10.2019 : n° 17-28800).

 

L’employeur qui décide de procéder au licenciement pour motif personnel, disciplinaire ou non disciplinaire, d’un salarié, doit respecter des règles précises, quels que soient l’effectif de l’entreprise et l’ancienneté du salarié.

 

A défaut, le licenciement sera requalifié en licenciement sans cause réelle et sérieuse et l’employeur sera condamné à verser des indemnités, parfois conséquentes, au salarié, en réparation du préjudice subi.

 

La procédure légale de licenciement

 

L’employeur doit respecter les étapes suivantes, de manière très stricte.

 

  • La convocation du salarié à un entretien préalable

 

La convocation du salarié à l’entretien préalable à licenciement se fait par lettre recommandée (avec accusé de réception, en pratique) ou lettre remise en main propre contre décharge (c. trav. art. L. 1232-2).

 

Si le licenciement a un motif disciplinaire, la convocation doit être envoyée dans un délai de 2 mois à compter du jour où l’employeur ou le supérieur hiérarchique (si l’employeur est une personne morale) a eu connaissance du fait fautif (Cass. soc. 16 septembre 2003, n° 01-42712).

 

  • L’entretien préalable à licenciement

 

L’entretien préalable à licenciement ne peut pas avoir lieu moins de 5 jours pleins et ouvrables après la présentation de la lettre recommandée ou sa remise en main propre (c. trav. art. L. 1232-2).

 

Le salarié ne peut pas renoncer à l’application de ce délai minimal (Cass. soc. 28 juin 2005, n° 02-47128), mais il peut en demander le report.

 

Le jour de remise de la lettre ne compte pas dans ce délai. De plus, si ce délai expire un samedi, dimanche ou jour férié, il est prorogé jusqu’au premier jour ouvrable suivant (Cass. soc. 3 juin 2015, n° 14-12245).

 

Lorsque le délai de 5 jours ouvrables entre la convocation préalable et l’entretien préalable à licenciement expire un dimanche, l’employeur ne doit pas fixer l’entretien préalable à licenciement le lundi (Cass. Soc. 10.07.2019 : n°18-11528).

 

L’entretien ne peut avoir lieu qu’à partir du 6ème jour ouvrable suivant la première présentation de la lettre de convocation.

 

Si le délai expire un samedi ou un dimanche, l’entretien ne peut pas être fixé le lundi. En effet, le lundi correspond, en raison de la prorogation, à la fin du délai minimum de 5 jours ouvrables, c’est-à-dire, le 5ème jour.

 

 

  • La notification du licenciement

 

La notification du licenciement doit être effectuée par lettre recommandée avec accusé de réception, avec indication précise du ou des motifs du licenciement.

 

La lettre de licenciement ne peut pas être expédiée moins de 2 jours ouvrables après la date de l’entretien (c. trav. art. L. 1232-6) et, en cas de licenciement disciplinaire, plus de 1 mois après le jour fixé pour l’entretien préalable (c. trav. art. L. 1332-2).

 

 

La sanction du licenciement verbal = licenciement sans cause réelle et sérieuse

 

Le licenciement doit toujours être notifié par écrit, après la date de l’entretien préalable.

 

La Cour de cassation est revenue dans l’arrêt du 23 octobre 2019 sur les sanctions encourues par un employeur qui annonce oralement sa décision de licencier, avant même l’entretien préalable (Cass. Soc. 23.10.2019 : n° 17-28800).

 

En l’espèce, un salarié avait été convoqué à un entretien préalable.

 

Les représentants du personnel avaient été informés de la procédure de licenciement en cours et avaient demandé une réunion à la direction générale.

 

Cette réunion s’est tenue le jour même et l’employeur avait alors annoncé sa décision irrévocable de licencier le salarié selon les termes du compte-rendu qui avait ensuite été rédigé puis signé par 14 salariés.

 

L’entretien préalable s’était tenu l’après-midi même et le salarié avait été licencié pour faute grave 4 jours plus tard.

 

Le salarié avait contesté et saisi la juridiction prud’homale.

 

Il estimait que son licenciement avait été décidé avant la tenue de l’entretien préalable, puisque la décision avait été annoncée lors de la réunion du personnel tenue juste avant l’entretien.

 

La Cour d’appel avait jugé que le licenciement du salarié était sans cause réelle et sérieuse.

 

Ce que confirme la Cour de cassation, dans la lignée de sa jurisprudence inchangée en la matière (Cass. soc. 28 mai 2008, n° 07-41735 ; Cass. soc. 6 février 2013, n° 11-23738).

 

En annonçant publiquement avant la tenue de l’entretien préalable, sa décision irrévocable de licencier le salarié, l’employeur avait prononcé oralement le licenciement ce qui le rendait sans cause réelle et sérieuse.

 

Le licenciement verbal est sanctionné par la requalification en un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

 

L’employeur est condamné à verser des dommages et intérêts au salarié.

 

Cet arrêt est l’illustration de l’attention et la vigilance des employeurs exigée durant toute la tenue de la procédure de licenciement.

 

En cas de doute, il convient d’interroger et consulter un avocat compétent, afin d’éviter tout risque de condamnation financière lourde par la suite.

 

 Sources :

 

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 23 octobre 2019 : RG n°17-28800

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 16 septembre 2003 : RG n° 01-42712

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 28 juin 2005 : RG n° 02-47128

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 10 juillet 2019 : RG n° 18-11528

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 28 mai 2008, n° 07-41735

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 6 février 2013, n° 11-23738

  

Par Maitre Virginie LANGLET le 20 novembre 2019

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

santé au travail sécurité au travail faute grave licenciement harcèlement moral contrat de travail grèves continuité de service télétravail avertissement licenciement disciplinaire sanction disciplinaire sanction disciplinaire rupture du contrat de travail secret des correspondances messageries entretien préalable à licenciement convocation à entretien préalable licenciement sans cause réelle et sérieuse congés payés absence injustifiée faute CDD contrat de travail à durée déterminée harcèlement sexuel indemnité barèmes Macron période d'essai congé RTT heures supplémentaires conseil de prud'hommes salaire indemnité de licenciement préavis résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse indemnités contrat de travail à durée indéterminée rupture anticipée conseil de prud'hommes ordonnances Macron clause de non-concurrence rupture conventionnelle DIRECCTE dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien santé souffrance au travail inaptitude santé accident du travail maladie professionnelle transaction indemnités transactionnelles licenciement économique convention de forfait loi Travail durée du travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte licenciement vice du consentement médecine du travail reclassement visite médicale sécurité violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés démission permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels arrêt maladie congés formation règlement intérieur allocations chômage arrêt de travail reprise activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com