Le blog
Le blog

Le blog

Sécurité, Santé et Inaptitude

Sécurité, Santé et Inaptitude

Sécurité, Santé et Inaptitude

Alcool : tolérance zéro dans l’entreprise, c’est possible !

Posté par Virginie Langlet le 25/07/2019

Le règlement intérieur de l’entreprise peut, sous certaines conditions, comporter des dispositions qui limitent ou interdisent la consommation d’alcool (CE. 08.07.2019:n°420434).

 

L'alcool sur le lieu de travail c’est possible sous conditions

 

Le Code du travail interdit d’introduire ou de laisser distribuer dans l’établissement, pour être consommées par le personnel, toutes boissons alcoolisées autres que le vin, la bière, le cidre et le poiré (c. trav. art. R. 4228-20).

 

Il est interdit de laisser entrer ou séjourner dans les lieux de travail des personnes en état d’ivresse (c. trav. art. R. 4228-21).

 

De même que les distributeurs de boissons installés dans les locaux de l’entreprise ne peuvent distribuer que des boissons non alcoolisées (c. santé pub. art. L3322-8).

 

 

La « tolérance zéro alcool » est possible dans l’entreprise sous conditions

 

Selon l’article L 1321-3 du Code du travail, l’employeur ne peut apporter des restrictions aux droits des salariés, sauf si elles sont justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché.

 

Ainsi par principe et sauf rares exceptions, l’employeur ne peut pas inscrire dans le règlement intérieur une clause interdisant de façon générale et absolue l’introduction et la consommation de toute boisson alcoolisée dans l’entreprise (CE 12.11.2012 n°349365 : RJS 2/13 n°118).

 

Mais certaines limites peuvent être imposées pour des impératifs de sécurité.

 

En effet, lorsque la consommation des boissons alcoolisées est susceptible de porter atteinte à la sécurité et la santé physique et mentale des salariés, l’employeur doit prévoir dans le règlement intérieur ou, à défaut, par note de service, les mesures permettant de protéger la santé et la sécurité des travailleurs et de prévenir tout risque d’accident.

 

Ces mesures, qui peuvent prendre la forme d’une limitation.

 

Ces mesures peuvent aller jusqu’à prendre la forme d’une interdiction de la consommation d’alcool et de toute boisson alcoolisée.

 

Mais, ces mesures doivent, en tout état de cause, être proportionnées au but recherché (c. trav. art. L. 4121-1 et R. 4228-20).

 

En effet, lorsqu’une disposition du règlement intérieur comporte une telle restriction allant jusqu’à interdire toute consommation d’alcool dans l’entreprise, l’employeur doit la justifier et définir les salariés concernés.

 

C’est le sens de l’arrêt du 8 juillet 2019 (CE. 08.07.2019 : n°420434).

 

En l’espèce, une société spécialisée dans la fabrication d’équipements pour automobile, avait modifié son règlement intérieur.

 

La nouvelle version comprenait une « annexe au règlement intérieur concernant les contrôles d’état d’ébriété » dont il résulte que les salariés occupant des « postes de sûreté et de sécurité ou à risque », tels que définis par cette annexe, sont soumis à une « tolérance zéro alcool ».

 

Comme l’autorise l’article L 1322-1 du Code du travail, l’inspecteur du travail avait exigé le retrait de cette disposition.

 

Saisis, les juges du fond ont rejeté le recours exercé par l’employeur contre cette décision.

 

A tort.

 

Le Conseil d’Etat a annulé l’arrêt de la Cour administrative d’appel rendu dans cette affaire.

 

En la matière, le Conseil d’Etat apporte les précisions suivantes :

 

  • Il est nécessaire d’identifier les salariés concernés par l’interdiction de consommation d’alcool par référence au type de poste qu’ils occupent.

En l’espèce, la liste des postes concernés figurait à l’annexe du règlement intérieur, visait les conducteurs d’engins de certains types, utilisateurs de plates-formes élévatrices, électriciens ou mécaniciens.

La liste était suffisante pour le Conseil d’Etat.

 

  • La justification n’a pas à figurer dans le règlement intérieur lui-même.

Donc, nul besoin pour l’employeur d’y détailler les risques encourus, ni même de faire référence au document unique d’évaluation des risques (DUER).

 

Dès lors que ce document unique d’évaluation des risques existe dans l’entreprise et identifie précisément ces risques, l’employeur peut s’en prévaloir devant le juge pour établir le caractère proportionné de la restriction ou de l’interdiction.

 

 

Sources :

Conseil d’Etat, arrêt du 8 juillet 2019 : RG n°420434

Conseil d’Etat, arrêt du 12 novembre 2012 : RG n°349365 : RJS 2/13 n°118

 

 

Par Maitre Virginie LANGLET le 25 juillet 2019

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

harcèlement sexuel licenciement licenciement sans cause réelle et sérieuse indemnité barèmes Macron contrat de travail période d'essai congé RTT heures supplémentaires conseil de prud'hommes salaire indemnité de licenciement préavis faute grave résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse indemnités CDD contrat de travail à durée indéterminée rupture du contrat de travail rupture anticipée entretien préalable à licenciement convocation à entretien préalable conseil de prud'hommes ordonnances Macron santé au travail sécurité au travail clause de non-concurrence rupture conventionnelle DIRECCTE harcèlement moral dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien santé souffrance au travail inaptitude santé accident du travail maladie professionnelle contrat de travail à durée déterminée transaction indemnités transactionnelles licenciement économique licenciement disciplinaire convention de forfait loi Travail durée du travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte sanction licenciement vice du consentement médecine du travail reclassement visite médicale sécurité violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés démission faute permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels arrêt maladie congés formation règlement intérieur allocations chômage arrêt de travail reprise disciplinaire activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com