Le blog
Le blog

Le blog

Licenciement & rupture du contrat de travail

Licenciement & rupture du contrat de travail

Licenciement & rupture du contrat de travail

Un salarié ne peut être licencié pour avoir dénoncé des faits de harcèlement moral … sauf mauvaise foi

Posté par Virginie Langlet le 22/10/2020

Dénonciation de harcèlement moral : l’employeur peut reprocher pour la première fois devant le juge la mauvaise foi du salarié, alors même qu’il ne l’a pas évoquée dans la lettre de licenciement (Cass. soc. 18-26696).

 

Harcèlement moral : la protection de principe du salarié qui dénonce les faits

 

Le principe est le suivant :

 

En matière de harcèlement moral, un salarié ne peut pas être licencié pour avoir dénoncé des faits de harcèlement moral, sauf s’il faut preuve de mauvaise foi (art. L1152-2 c. trav.).

 

 

Un licenciement prononcé sur ce fondement est nul (art. L1152-3 c. trav.).

 

 

L’exception à l’immunité : la mauvaise foi

 

Il s’agit d’une jurisprudence de la Cour de cassation bien établie désormais: le salarié qui relate des faits de harcèlement moral ne peut pas être licencié pour ce motif.

 

Seule la mauvaise foi met fin à cette immunité et entrainer le licenciement le licenciement du salarié (Cass. soc. 19.10.2011 n°10-16444 ; Cass. soc. 10.06.2015 n°14-13318).

 

Par principe, c’est à l’employeur de rapporter la preuve de cette mauvaise foi.

 

C’est bien la déloyauté du salarié qui est sanctionnée par le licenciement.

 

 

L’arrêt de la Cour de Cassation du 16 septembre 2020 confirme ces principes, mais en allant plus loin encore, dans l’intérêt de l’employeur : la Haute Juridiction a validé, pour la première fois, le fait que l’employeur ait pu reprocher au salarié sa mauvaise foi devant le juge, alors même qu’il ne l’a pas expressément invoquée dans la lettre de licenciement.

 

En l’espèce, un salarié qui occupait le poste d’ingénieur d’études s’est vu licencier.

 

Il a saisi la juridiction prud’homale et a contesté sur le terrain de la nullité du licenciement : il estimait que le licenciement était directement lié au fait d’avoir dénoncé des faits de harcèlement moral à son égard.

 

Le salarié reprochait à son employeur de l’avoir retiré d’une mission auprès d’une entreprise cliente de manière injustifiée et de ne pas lui en avoir communiqué les raisons.

 

Il écrivait dans un courrier adressé à son employeur qu’il se considérait « dans une situation proche du harcèlement ».

 

L’employeur lui répondait que la « communication insuffisante ou même absente avec le client », qui avait « eu des répercussions négatives sur la qualité des livrables et le respect des délais de livraison », expliquait cette décision.

 

C’est l’attitude de blocage et le refus du salarié de faire des efforts qui ont conduit l’employeur à le licencier.

 

La lettre de licenciement ne mentionne pas la mauvaise foi du salarié dans ses allégations relatives au harcèlement moral.

 

Mais elle fait reposer le licenciement sur l’« attitude de fermeture extrême » du salarié. 

 

Le salarié a été débouté, tant par la Cour d’Appel que par la Cour de cassation.

 

La Cour d'appel est allée plus loin : elle a caractérisé la mauvaise foi du salarié dans la dénonciation des faits de harcèlement moral, alors même que la lettre de licenciement n’en faisait pas état.

 

La Cour d’appel avait déduit de ses constatations la mauvaise foi du salarié, caractérisée par son attitude contradictoire et l’absence de concordance entre ses paroles et ses actes.

 

Pour faire simple, les juges du fond ont retenu que la connaissance que le salarié avait de la fausseté de ses allégations de harcèlement moral se déduisait de la contradiction existante entre son souhait affiché d’obtenir des explications sur les motifs de son retrait de mission et son refus persistant de s’expliquer loyalement avec l’employeur sur lesdits motifs.

 

 

La lettre de licenciement fixe t elle encore le cadre du litige ?

 

Cette décision, au demeurant particulièrement intéressante, soulève toutefois des interrogations, au regard du sacro-saint principe selon lequel la lettre de licenciement fixe le cadre du litige (Cass. soc. 20.03.1990 : no 89-40515  ; Cass. soc. 04.07.2012 no 11-17469).

 

C’est sur la base de ce principe que sont basées les plaidoiries en matière de licenciement, devant le Conseil de Prud’hommes.

 

Or, dans cette affaire, en matière de dénonciation de mauvaise foi de faits de harcèlement moral, la Cour de cassation ouvre la possibilité au juge de dépasser le cadre de la lettre de licenciement.

 

Ainsi, on peut en déduire que le fait que la lettre de licenciement ne mentionne pas expressément la mauvaise foi du salarié n’empêchera plus désormais sa reconnaissance par le juge au regard des éléments versés au débat par l’employeur.

 

Une nuance est à apporter : la lettre de licenciement, si elle ne qualifiait pas les faits, évoquait tout de même les « accusations de harcèlement/dénigrement […] graves, de surcroît sans fondement ni lien avec la réalité ».

 

Une brèche est tout de même peut-être ouverte….

 

 

Sources :

 

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 16 septembre 2020 : RG n° 18-26696

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 19 octobre 2011 : RG n°10-16444

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 10 juin 2015 : RG n°14-13318

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 20 mars 1990 : RG no 89-40515

Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 04 juillet 2012 : no 11-17469

 

Par Maitre Virginie LANGLET le 22 octobre 2020

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

 

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités, vidéos et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

covid-19 coronavirus santé au travail arrêt de travail cas contact sécurité au travail test antigénique salariés vulnérables activité partielle démission CDI contrat de travail rupture de contrat vice du consentement télétravail licenciement entretien préalable à licenciement téléconférence visioconférence harcèlement moral mauvaise foi faute grave licenciement disciplinaire messagerie professionnelle mails sécurité au travail couvre-feu attestation de déplacement Facebook congé de paternité rupture conventionnelle sanction disciplinaire règlement intérieur période d'essai rupture du contrat de travail harcèlement sexuel arrêt maladie DIRECCTE conseil de prud'hommes masque en entreprise congés payés crise sanitaire covid sécuirité au travail burn-out inaptitude bore-out titre restaurant ticket restaurant contrôle sanctions prévention rémunération salaire santé sécurité document unique règelement intérieur obligation de sécurité activité partielle période d'essai rupture heures supplémentaires rupture période d'essai coronavirus covid19 code du travail urgence sanitaire déplacements professionnels dérogation confinement sanction délai discrimination indemnités journalières de sécurité sociale clause de non-concurrence auto-entrepreneur travailleur indépendant travail dissimulé accident du travail travail à temps partiel durée du travail CDD contrat de travail à durée déterminée contrat saisonnier contrat d'usage résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse grèves continuité de service avertissement disciplinaire secret des correspondances messageries convocation à entretien préalable licenciement sans cause réelle et sérieuse absence injustifiée faute CDD contrat de travail à durée déterminée indemnité barèmes Macron congé RTT heures supplémentaires indemnité de licenciement préavis indemnités contrat de travail à durée indéterminée rupture anticipée conseil de prud'hommes ordonnances Macron dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien souffrance au travail santé maladie professionnelle transaction indemnités transactionnelles licenciement économique convention de forfait loi Travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte licenciement médecine du travail reclassement visite médicale violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels congés formation allocations chômage reprise activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com