Le blog
Le blog

Le blog

Harcèlement moral

Harcèlement moral

Harcèlement moral

En cas de harcèlement moral et de burn-out le licenciement pour inaptitude est nul

Posté par Virginie Langlet le 24/06/2020

En cas de harcèlement moral ayant entrainé la dégradation de l’état de santé du salarié et son burn-out, le licenciement pour inaptitude est nul et l’employeur est condamné à indemniser le salarié (CA Nancy, 11 juin 2020 : RG n°19/00946).

  

Comment identifier une situation de harcèlement moral au travail

 

Le harcèlement moral se définit par des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail d’un salarié susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel sont interdits (c. trav. art. L. 1152-1).

 

En cas de contentieux, c’est au salarié de présenter au juge des éléments de fait qui laissent supposer l’existence d’un harcèlement moral à son encontre.

 

En réponse, l’employeur doit prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un harcèlement et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement (c. trav. art. L. 1154-1).

 

 

  • Les agissements répétés

 

Le harcèlement moral devant résulter d’agissements répétés, il ne peut pas s’agir d’un acte isolé, même grave. 

 

  • La dégradation des conditions de travail de la victime

 

La dégradation des conditions de travail est la conséquence des agissements de harcèlement moral.

 

La simple possibilité d’une dégradation des conditions de travail du salarié victime suffit à caractériser le harcèlement moral

  

  • L’atteinte à la dignité, la carrière ou la santé du salarié

 

Les actes fautifs peuvent être qualifiés de harcèlement moral dès lors qu’ils ont entraîné une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à la dignité ou à la santé du salarié, ou de compromettre son avenir professionnel.

 

Le burn-out est une conséquence du harcèlement moral, à la condition que le médecin du travail notamment établisse le lien direct entre les agissements fautifs et la dégradation de l’état de santé du salarié victime.

 

 

Qu’est-ce que le licenciement pour inaptitude

 

C’est en cas d’inaptitude d’un salarié, d’origine professionnelle ou non professionnelle, constatée par le médecin du travail que l’employeur peut le licencier dans les trois cas suivants (c. trav. art. L. 1226-2-1 et L. 1226-12)  :

 

  • Lorsqu’il est dans l’impossibilité de lui proposer un emploi de reclassement ;
  • Lorsque le salarié a refusé le reclassement proposé, que celui-ci modifie ou non son contrat de travail ;
  • Lorsque l’avis d’inaptitude du médecin du travail mentionne que tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé ou que son état de santé fait obstacle à tout reclassement dans un emploi.

 

Une petite précision s’impose : ce n’est pas l’inaptitude qui est à l’origine du licenciement. Un tel licenciement serait discriminatoire comme reposant sur l’état de santé du salarié.

 

C’est l’impossibilité de reclasser le salarié qui doit conduire l’employeur à prononcer le licenciement.

 

 

Quelles sont les conséquences du harcèlement moral en cas de licenciement pour inaptitude

 

Lorsque l’inaptitude du salarié est liée à une situation de harcèlement moral, son licenciement pour inaptitude et impossibilité de reclassement est nul (c. trav. art. L. 1152-2).

 

La Cour de cassation a eu régulièrement l’occasion de réaffirmer ce principe, qui est strictement appliqué par la Cour d’Appel de Nancy dans l’arrêt du 11 juin 2020 (CA Nancy, 11 juin 2020 : RG n°19/00946 ; Cass. soc. 29 septembre 2011 : RG n° 10-12722).

 

En l’espèce, une salariée occupée au poste de responsable de chantier avait été licenciée pour inaptitude et impossibilité de reclassement.

 

Elle avait saisi la juridiction prud’homale pour contester la validité de son licenciement.

 

Elle affirmait que son inaptitude était la conséquence directe du harcèlement dont elle avait été victime de la part de son employeur.

 

Ce harcèlement avait entrainé un burn-out, c’est-à-dire son épuisement professionnel, médicalement constaté et l’avait contrainte à un arrêt de travail pour maladie.

 

Si le Conseil de Prud’hommes avait débouté la salariée, ce n’est pas l’avis de la Cour d’appel de Nancy, qui a reconnu les faits de harcèlement moral et a prononcé la nullité du licenciement.

La salariée versait au débat un certain nombre d’éléments factuels permettant de démontrer :

 

  • La répétition des agissements,
  • La dégradation de ses conditions de travail,
  • La dégradation de son état de santé.

 

Ainsi, elle exposait :

 

  • qu’elle devait faire à une surcharge de travail;
  • que ses objectifs étaient inatteignables;
  • que ces faits avaient entraîné une dégradation de sa santé.

 

Elle versait au débat diverses attestations démontrant :

 

  • l’agressivité constante de la direction régionale, qui lui mettait une pression incessante ;
  • le stress qui en découlait alors qu’elle effectuait des journées de 12 h voire plus, et qui restait dans l’établissement au-delà de 23 h ;
  • les conditions de travail, qualifiées d’impossibles par un témoin (attestation d’un salarié exerçant la même fonction que la requérante).

 

Enfin, un certificat médical, ainsi qu’une expertise médicale effectuée par un médecin psychiatre indiquait que la dégradation de la santé psychologique de la salariée était en relation directe avec ses conditions de travail.

 

Pour la Cour d’appel, la salariée établissait ainsi l’existence de faits matériels et précis qui, pris dans leur ensemble, permettaient de présumer l’existence d’un harcèlement moral.

 

En conclusion, pour la cour d’appel, le licenciement pour inaptitude de la salariée est nul, son inaptitude étant consécutive au harcèlement moral dont elle avait fait l’objet.

 

L’employeur a été condamné à lui verser des dommages et intérêts, en toute logique.

  

 

Sources :

 

 

Cour d’Appel de Nancy, chambre sociale, section 2, arrêt du 11 juin 2020 : RG n°19/00946

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 29 septembre 2011 : RG n° 10-12722

 

Par Maitre Virginie LANGLET le 24 juin 2020

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités, vidéos et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

rupture conventionnelle contrat de travail harcèlement moral vice du consentement sanction disciplinaire règlement intérieur période d'essai rupture du contrat de travail santé au travail sécurité au travail harcèlement sexuel télétravail activité partielle arrêt maladie covid-19 DIRECCTE licenciement faute grave licenciement disciplinaire conseil de prud'hommes coronavirus sécurité au travail salariés vulnérables masque en entreprise congés payés crise sanitaire covid sécuirité au travail burn-out inaptitude bore-out titre restaurant ticket restaurant contrôle sanctions prévention rémunération salaire santé sécurité document unique règelement intérieur obligation de sécurité arrêt de travail activité partielle période d'essai rupture heures supplémentaires rupture période d'essai coronavirus covid19 code du travail urgence sanitaire déplacements professionnels dérogation confinement sanction délai discrimination indemnités journalières de sécurité sociale clause de non-concurrence auto-entrepreneur travailleur indépendant travail dissimulé accident du travail travail à temps partiel durée du travail CDD contrat de travail à durée déterminée contrat saisonnier contrat d'usage résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse grèves continuité de service avertissement disciplinaire secret des correspondances messageries entretien préalable à licenciement convocation à entretien préalable licenciement sans cause réelle et sérieuse absence injustifiée faute CDD contrat de travail à durée déterminée indemnité barèmes Macron congé RTT heures supplémentaires indemnité de licenciement préavis indemnités contrat de travail à durée indéterminée rupture anticipée conseil de prud'hommes ordonnances Macron dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien souffrance au travail santé maladie professionnelle transaction indemnités transactionnelles licenciement économique convention de forfait loi Travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte licenciement médecine du travail reclassement visite médicale violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés démission permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels congés formation allocations chômage reprise activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com