Le blog
Le blog

Le blog

Harcèlement moral

Harcèlement moral

Harcèlement moral

L’employeur peut être condamné au titre de l’obligation de sécurité, même en l’absence de harcèlement

Posté par Virginie Langlet le 16/09/2020

L'obligation de prévention des risques professionnels – obligation de sécurité – ne doit pas se confondre avec l’interdiction des agissements de harcèlement moral et / sexuel (Cass. Soc. 08.07.2020 : n°18-24320).

 

 

A quoi reconnait on une situation de harcèlement moral et/ou sexuel ?

 

  • Le harcèlement moral

 

Le harcèlement moral se définit par des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail d’un salarié susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel sont interdits (c. trav. art. L. 1152-1).

 

Ainsi, les éléments qui caractérisent le harcèlement moral sont :

 

  • Des agissements répétés à l’encontre du salarié qui se dit victime de harcèlement moral : il ne s’agit pas d’un acte isolé
  • Le harcèlement moral doit entrainer la dégradation des conditions de travail
  • Les agissements qualifiés de harcèlement moral doivent être susceptibles de porter atteinte à la dignité ou à la santé du salarié, ou de compromettre son avenir professionnel.

  

 

  • Le harcèlement sexuel

 

Le harcèlement sexuel fait l'objet d'une double définition, par le code du travail et par le code pénal.

 

Dans le code du travail :

 

 Le harcèlement sexuel est défini comme le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui (c. trav. art. L. 1153-1) :

 

  • soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant ;
  • soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

 

 

Dans le code pénal :

 

Le harcèlement sexuel est défini comme le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou, « sexiste » qui :

 

  • soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant,
  • soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante (c. pén. art. 222-33-I).

 

Comment faire reconnaitre une situation de harcèlement en justice ?

 

 Devant le Conseil de Prud’hommes -ou la Cour d’appel – il revient dans un premier temps  au salarié de rapporter la preuve des agissements dénoncés.

 

Il doit en effet présenter des éléments de fait laissant supposer l'existence d'un harcèlement.

 

S’il présente au juge ces éléments de faits laissant supposer l'existence d'un harcèlement moral/sexuel à son encontre, c’est alors ensuite, dans un second temps, à l’employeur, au vu de ces éléments, de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un harcèlement moral et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement (c. trav. art. L 1154-1 ; Cass. soc. 08.06.2016, n° 14-13418).

 

Les juges doivent analyser les faits présentés par le salarié dans leur ensemble (Cass. soc. 6 juin 2012, n° 10-27766, BC V n° 170).

 

Ce sont bien les juges qui apprécient souverainement les éléments de preuve fournis.

 

 Qu’est-ce que l’obligation de sécurité à la charge de l’employeur ?

 

L’employeur est tenu, à l’égard de chaque salarié, d’une obligation de sécurité qui lui impose de prendre les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité et protéger sa santé physique et mentale (Cass. soc. 25 novembre 2015, n° 14-24444).

 

Il doit donc prendre, entre autres dispositions, des mesures de prévention suffisantes dès lors qu’un risque professionnel est identifié (c. trav. art. L. 4121-1 et L. 4121-2).

 

  

Obligation de prévention des risques professionnels ≠ interdiction des agissements de harcèlement dans l’entreprise

 

L’arrêt du 8 juillet 2020 (Cass. Soc. 08.07.2020 : n°18-24320) est l’occasion de rappeler que l’employeur peut être condamné au titre de l’obligation de sécurité alors même que le harcèlement n’est pas reconnu.

 

Ce sont des obligations qui ne renvoient pas aux mêmes exigences.

 

Dans cette affaire, une salariée occupée au poste de gestionnaire de carrières avait pris acte de la rupture de son contrat de travail.

 

Elle avait ensuite saisi le Conseil de Prud’hommes, pour :

 

  • faire condamner son employeur à des dommages-intérêts pour harcèlement moral et sexuel ;
  • faire requalifier sa prise d’acte en un licenciement nul ;
  • faire condamner l’employeur à lui verser des dommages-intérêts pour manquement à l’obligation de sécurité.

 

Sa demande de requalification de prise d’acte en un licenciement nul reposait sur la dénonciation d’un harcèlement moral et sexuel subi dans l’entreprise.

 

 

Les juges n’avaient fait droit à aucune de ses demandes, au motif que les différents éléments présentés par la salariée n’étaient pas suffisants pour laisser supposer l'existence d'un harcèlement.

 

 

La salariée réclamait également des dommages-intérêts pour manquement de son employeur à son obligation de sécurité (c. trav. art. L. 4121-1).

 

Elle estimait que l’employeur aurait dû prendre des mesures prévention et de protection nécessaires pour éviter la dégradation de son état de santé.

 

Les juges d’appel ont également rejeté cette demande.

 

Leur raisonnement était le suivant : puisque le harcèlement n’était pas établi, la salariée ne pouvait pas prétendre à un manquement à l’obligation de sécurité.

 

Faux répond la Cour de cassation !

 

 

L’interdiction du harcèlement sexuel et moral (c. trav. art. L. 1153-1, L. 1152-1) est distincte de l'obligation légale de prévention des risques professionnels (c. trav. L. 4121-1 et L. 4121-2).

 

L'employeur peut être condamné à verser des dommages-intérêts sans qu'un harcèlement moral soit établi par ailleurs (Cass. soc. 6 décembre 2017 : RG n° 16-10885 ; Cass. soc. 27 novembre 2019 : RG n° 18-10551).

 

  

Sources :

 

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 8 juillet 2020 : RG n° 18-24320

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 8 juin 2016 : RG n° 14-13418

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 6 juin 2012 : RG n° 10-27766

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 6 décembre 2017 : RG n° 16-10885

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 27 novembre 2019 : RG n° 18-10551

 

Par Maitre Virginie LANGLET le 16 septembre 2020

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

 

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités, vidéos et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

santé au travail sécurité au travail covid-19 test antigénique salariés vulnérables activité partielle démission CDI contrat de travail rupture de contrat vice du consentement licenciement entretien préalable à licenciement téléconférence visioconférence harcèlement moral mauvaise foi faute grave licenciement disciplinaire messagerie professionnelle mails coronavirus sécurité au travail couvre-feu attestation de déplacement Facebook congé de paternité rupture conventionnelle sanction disciplinaire règlement intérieur période d'essai rupture du contrat de travail harcèlement sexuel télétravail arrêt maladie DIRECCTE conseil de prud'hommes masque en entreprise congés payés crise sanitaire covid sécuirité au travail burn-out inaptitude bore-out titre restaurant ticket restaurant contrôle sanctions prévention rémunération salaire santé sécurité document unique règelement intérieur obligation de sécurité arrêt de travail activité partielle période d'essai rupture heures supplémentaires rupture période d'essai coronavirus covid19 code du travail urgence sanitaire déplacements professionnels dérogation confinement sanction délai discrimination indemnités journalières de sécurité sociale clause de non-concurrence auto-entrepreneur travailleur indépendant travail dissimulé accident du travail travail à temps partiel durée du travail CDD contrat de travail à durée déterminée contrat saisonnier contrat d'usage résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse grèves continuité de service avertissement disciplinaire secret des correspondances messageries convocation à entretien préalable licenciement sans cause réelle et sérieuse absence injustifiée faute CDD contrat de travail à durée déterminée indemnité barèmes Macron congé RTT heures supplémentaires indemnité de licenciement préavis indemnités contrat de travail à durée indéterminée rupture anticipée conseil de prud'hommes ordonnances Macron dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien souffrance au travail santé maladie professionnelle transaction indemnités transactionnelles licenciement économique convention de forfait loi Travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte licenciement médecine du travail reclassement visite médicale violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels congés formation allocations chômage reprise activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com