Le blog
Le blog

Le blog

Contrat de travail

Contrat de travail

Contrat de travail

L’employeur doit prouver la durée de travail à temps partiel

Posté par Virginie Langlet le 09/01/2020

Si le contrat de travail ne précise pas la durée du travail, c’est à l’employeur de prouver qu’un salarié travaille à temps partiel (Cass. Soc. 18.12.2019 : n° 18-12643).

 

Le contrat de travail à temps partiel et ses mentions obligatoires

 

Le contrat de travail à temps partiel doit toujours être écrit.

 

Il doit comporter des mentions obligatoires (selon l’article L. 3123-6 du code du travail ; Cass. soc. 4 décembre 2013 : n° 12-19143).

 

Les mentions obligatoires sont les suivantes :

 

  • la qualification du salarié ;
  • les éléments de sa rémunération ;
  • la durée de travail hebdomadaire ou, le cas échéant, mensuelle de base prévue;
  • les limites dans lesquelles peuvent être effectuées des heures complémentaires au-delà de la durée du travail fixée par le contrat ;
  • la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou entre les semaines du mois.

 

En outre, le contrat doit d’autres précisons :

 

  • il doit définir par avance les cas dans lesquels une modification éventuelle de la répartition du travail peut intervenir et la nature de cette modification ;
  • il doit déterminer à l’avance les modalités selon lesquelles les horaires de travail, pour chaque journée travaillée, seront communiqués, par écrit, au salarié.

 

L’employeur ne peut pas prévoir de clause qui permettrait de modifier la répartition du travail en fonction des nécessités du service ou des besoins de l’entreprise (Cass. soc. 6 avril 1999, n°96-45790 ; Cass. soc. 15 septembre 2010, n°09-40473).

 

En l’absence de contrat écrit ou de mentions obligatoires dans le contrat de travail à temps partiel

 

L'absence de contrat de travail à temps partiel écrit mentionnant la durée du travail et sa répartition fait présumer que l'emploi est à temps complet (Cass. soc. 15 octobre 2002, n°01-46240 ; Cass. soc. 9 janvier 2013, n°11-16433 ; Cass. soc. 17 décembre 2014, n°13-20627).

 

Il s’agit d’une présomption simple.

 

Ce qui signifie que l’employeur pourra prouver, par des éléments écrits et concrets, la durée de travail effective du salarié.

 

 

C’est à l’employeur de prouver le temps partiel

 

La loi prévoit que c’est l’employeur qui a l’obligation de rapporter la preuve du temps partiel.

 

S’il ne peut pas réunir les preuves nécessaires, le contrat sera requalifié en un contrat de travail à temps plein et il sera condamné à régulariser le paiement des salaires.

 

 

En effet, pour écarter la présomption de travail à temps complet, l'employeur doit prouver cumulativement les deux éléments suivants (Cass. soc. 21 novembre 2012, n°11-10258 ; Cass. soc. 29 janvier 2014, n°12-18040 ; Cass. soc. 17 décembre 2014, n°13-20627) :

 

  • la durée exacte du travail hebdomadaire ou mensuelle convenue ;

 

  • le fait que le salarié n'était pas placé dans l'impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu'il n'avait pas à se tenir constamment à sa disposition.

 

L’arrêt du 18 décembre 2019 (Cass. Soc. 18.12.2019 : n° 18-12643) s’inscrit dans la droite ligne de cette jurisprudence constante.

 

En l’espèce, une salariée avait été engagée à temps partiel en qualité de pharmacienne adjointe.

 

Quelques années plus tard, elle avait été promue au poste de pharmacienne, toujours à temps partiel.

 

Elle avait saisi la juridiction prud'homale d’une demande de requalification de son contrat de travail en contrat à temps complet avec le paiement des salaires correspondant.

 

Selon elle, son contrat ne mentionnait ni la durée du travail ni sa répartition.

 

Il n’était donc pas conforme aux dispositions légales, ne comportant pas les mentions obligatoires à tout contrat de travail à temps partiel.

 

De plus, elle faisait valoir qu’elle ne pouvait jamais connaitre par avance la répartition exacte de son temps de travail, ce qui l’aurait conduite à se tenir en permanence à la disposition de son employeur.

 

Elle a malgré ses arguments, été déboutée par les juges du fond et par la Cour de cassation.

 

En effet, l’employeur avait pu prouver la durée exacte de travail (86,67 H/mois), au moyen des relevés de décompte du temps de travail établis par la salariée elle-même.

 

Cette durée était confirmée par les bulletins de paie.

 

L’employeur avait également rapporté la preuve que la salariée n’avait pas à se tenir en permanence à sa disposition du fait d’une organisation du travail d’une grande souplesse, tenant compte de ses impératifs familiaux.

 

Il avait versé au débat d’une part des attestations de collègues de la salariée confirmant cet état de fait, et d’autre part, des échanges de mails avec la salariée et des plannings de travail.

 

Par ces mails et ces planning, l’employeur parvenait donc à prouver que la répartition du travail était faite en fonction des disponibilités de la salariée en raison de ses problèmes personnels.

 

Elle ne se tenait donc absolument pas à la disposition permanente de son employeur.

 

La Cour de cassation en a donc déduit que même si l’employeur ne parvient pas à prouver que le salarié travaille des jours fixes de la semaine, il peut échapper à la requalification en temps complet s’il parvient à prouver que la souplesse de la répartition du travail résultait d’un commun accord avec le salarié.

 

 

Sources :

 

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 18 décembre 2019 : RG n° 18-12643

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 4 décembre 2013 : RG n° 12-19143

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 6 avril 1999 : RG n°96-45790

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 15 septembre 2010 : RG n°09-40473

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 15 octobre 2002 : RG n°01-46240

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 9 janvier 2013 : RG n°11-16433

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 17 décembre 2014 : RG n°13-20627

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 21 novembre 2012 : RG n°11-10258

Cour de Cassation chambre sociale, arrêt du 29 janvier 2014 : RG n°12-18040

 

 

 

Par Maitre Virginie LANGLET le 9 janvier 2020

Avocat au Barreau de Paris

8 rue Blanche – 75009 PARIS

Tél : 01.84.79.16.30

www.cabinet-avocats-langlet.fr

Actualités & articles

Retrouvez ici les dernières actualités et textes juridiques pour vous aider à mieux comprendre les enjeux liés aux relations employeurs - salariés.

tags

accident du travail licenciement faute grave contrat de travail travail à temps partiel durée du travail CDD contrat de travail à durée déterminée contrat saisonnier contrat d'usage résiliation judiciaire licenciement sans cause réelle ni sérieuse santé au travail sécurité au travail harcèlement moral grèves continuité de service télétravail avertissement licenciement disciplinaire sanction disciplinaire sanction disciplinaire rupture du contrat de travail secret des correspondances messageries entretien préalable à licenciement convocation à entretien préalable licenciement sans cause réelle et sérieuse congés payés absence injustifiée faute CDD contrat de travail à durée déterminée harcèlement sexuel indemnité barèmes Macron période d'essai congé RTT heures supplémentaires conseil de prud'hommes salaire indemnité de licenciement préavis indemnités contrat de travail à durée indéterminée rupture anticipée conseil de prud'hommes ordonnances Macron clause de non-concurrence rupture conventionnelle DIRECCTE dommages et intérêts préjudice prescription barème Macron délai de rétractation rétractation entretien santé souffrance au travail inaptitude santé maladie professionnelle transaction indemnités transactionnelles licenciement économique convention de forfait loi Travail temps partiel salariés cadres cadres indemnité préjudice rupture du contrat de travail reçu pour solde de tout compte licenciement vice du consentement médecine du travail reclassement visite médicale sécurité violence au travail SMIC cotisations sociales contrat de travail à durée indéterminée travail travail dominical représentant du personnel salarié protégé inspection du travail rupture salariés démission permis de conduire mobilité salaires RH risques psycho-sociaux contrat de travail faute lourde astreinte CNIL courriels arrêt maladie congés formation règlement intérieur allocations chômage arrêt de travail reprise activités syndicales entretien annuel dédit-formation internet temps de travail infraction véhicule de fonction
Virginie Langlet
Virginie Langlet
Avocat en Droit du Travail

Avocat en Droit du Travail au Barreau de Paris, Maître Virginie Langlet accompagne depuis 10 ans les salariés cadres et cadres supérieurs.

Elle intervient en Conseil et le Contentieux prud'homal et apporte son savoir-faire et son expérience pour l'ensemble des enjeux liés aux relations professionnelles en entreprise. De la rédaction des contrats de travail jusqu'à la gestion des représentants du personnel, elle vous aide à anticiper et résoudre les conflits.

"Les règles du code du travail sont en perpétuelle évolution. Depuis quelques années, la succession de réformes fait peser des risques aux dirigeants d'entreprise et complexifie pour les salariés leur relation avec l'employeur.

Je m'adresse tant aux dirigeants qui souhaitent comprendre et appliquer ces règles et qui ont à cœur d'installer une relation de travail sereine au sein de leur entreprise, qu'aux cadres salariés qui cherchent des réponses à l'application de leur contrat de travail.

J'ai la conviction qu'une relation de travail apaisée, tant pour les salariés que pour les employeurs est un gage de réussite pour tous."

Virginie Langlet

Autres articles

Contactez-nous!

https://www.cabinet-avocats-langlet.fr/Cabinet V. Langlet

Maître Virginie Langlet, Avocat en Droit du Travail à Paris, conseille, accompagne et apporte des réponses aux interrogations des dirigeants d'entreprise et cadres salariés.
Complétez simplement le formulaire pour nous exposer vos besoins et interrogations. Nous reviendrons vers vous dans les meilleurs délais.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer.

  • 8, rue Blanche
    75009 Paris, France
    (Trinité - d'Estienne d'Orves - Saint Lazare)

  • Tél : +33 (0)1 84 79 16 30
    Fax : +33 (0)1 84 79 15 38

  • vlanglet@langlet-avocats.com